Comme le dit le dicton : « À chaque problème, sa solution ». Et si la solution était la même pour différents problèmes ? Si on pouvait traiter de la même manière une altération génétique et une entreprise en pleine restructuration ?

 

Le corps humain, un environnement complexe que nous cherchons perpétuellement à comprendre

Les avancées scientifiques nous permettent d’en apprendre davantage sur le fonctionnement, la composition et les réactions du corps humain. La génétique, par exemple, est la science basée sur l’hérédité et les gènes. Elle nous permet de comprendre certaines maladies, de savoir comment elles apparaissent et comment notre corps répond à leurs attaques. Ces découvertes scientifiques ont permis l’émergence d’une nouvelle approche thérapeutique visant à soigner des maladies encore difficiles à combattre. Cette nouvelle approche est appelée thérapie génique, ou génothérapie.

La thérapie génique consiste à introduire des gènes neufs et sains dans des cellules ciblées afin pallier une déficience héréditaire. Par parallélisme, le management de transition consiste à introduire un manager expérimenté et sur-dimensionné dans une entreprise traversant des difficultés ou ayant la volonté de changer sa stratégie, de se restructurer.

Nous nous sommes amusés à faire un parallèle entre ces deux façons de gérer une problématique. Dans les deux cas, on introduit un élément nouveau, vertueux, dans une structure ayant besoin de changement pour survivre ou grandir.

Pouvons-nous faire l’analogie suivante : « Le traitement est à la maladie ce que le manager de transition est à l’entreprise en restructuration ? »

 

Le manager de transition est aussi important qu’un traitement médical

L’objectif est de délivrer aux cellules un gène « sain » et nouveau capable de suppléer le gène « défectueux ». On implante la copie d’un gène fonctionnel dans une cellule cible. En conséquence, celle-ci va s’exprimer et aboutir à la production de la protéine qui fait défaut. Dans le cas du management de transition, l‘objectif est d’introduire dans une entreprise en pleine restructuration, une nouvelle vision, au travers du manager de transition. Il apporte ses compétences et son expérience à la direction nécessitant une intervention. Celui-ci s’intègre, comprend les mécanismes et trouve une solution permettant de résoudre ce qui fait défaut à l’entreprise. Il a pour mission d’accompagner la structure à redresser la situation. Par exemple, en

  • Mettant en place des processus optimisés
  • Proposant des solutions auxquelles, l’entreprise n’aurait pas pensé
  • Apportant un regard neuf dans l’entreprise
  • Gérant une situation difficile
  • Accompagnant une transformation

Tout comme une pathologie, chaque entreprise a une identité qui lui est propre, son propre challenge et ses propres besoins.

 

Plusieurs symptômes pour plusieurs contextes et plusieurs types d’entreprises

Comme il existe de nombreuses pathologies, il existe plusieurs raisons qui poussent une entreprise à faire appel à un manager de transition.

Il est important de rappeler quelles en sont les cinq principales raisons :

  • Booster son activité en anticipant des événements stratégiques majeurs (Restructuration, externalisation, acquisition, fermeture de site, cession, fusion, carve-out, réorganisation…)
  • Mener un projet ambitieux afin de structurer l’entreprise (lancement d’activité, conquête de nouveaux marchés, transformation digitale, …)
  • Améliorer son efficacité en maintenant ses résultats, en faisant évoluer les process (production, supply chain, SI, finance, commerciale, …)
  • Gérer une situation de crise (redressement, retournement, mouvement social, fermeture d’usine, …)
  • Remplacer dans l’urgence un dirigeant (en cas de départ soudain, de maladie, d’accident, …) afin d’assurer la continuité de la fonction dans l’attente du retour ou du remplacement du dirigeant absent

À chaque maladie, son propre traitement et à chaque entreprise sa propre mission. Cependant, l’intervention reste la même dans tous les cas. Un élément nouveau fait irruption dans l’environnement pour l’aider à atteindre ses objectifs.

 

Quelles méthodes pour atteindre ses objectifs ?

Afin d’aider les entreprises à atteindre leurs objectifs, il existe deux méthodes principales, tout comme pour la thérapie génique.
Aujourd’hui deux méthodes existent pour ajouter du patrimoine génétique dans des cellules :

  • In vivo : on implante le gène directement dans la cellule, dans l’organisme du patient
  • Ex vivo : on modifie génétiquement les cellules en laboratoire avant de les réinjecter au patient

La méthode « Ex vivo » permet de mieux contrôler les étapes. Elle utiliser moins de vecteurs et éviter la dispersion du traitement dans des organes non ciblés.

De la même manière, il existe deux méthodes pour aider une entreprise :

  • Remplacer un dirigeant par un manager de transition, le temps de réalisation de la mission
  • Renforcer, enrichir le directeur en place au sein de l’entreprise pour atteindre les objectifs fixés. Le manager de transition aura pour rôle d’assister et de conseiller le directeur dans sa gestion quotidienne. Il joue un rôle de support et doit l’orienter dans ses choix.

Dans cette deuxième méthode, le manager de transition ne se disperse pas, en effet, il se concentre sur la mission confiée.

 

Pour aller plus loin sur la thérapie génique

Tout d’abord, le concept de la thérapie génique est né dans les années 50. Il vise à modifier le patrimoine générique des cellules humaines afin de corriger et traiter certaines pathologies. La thérapie génique n’entre pourtant qu’à la fin des années 60 dans les mœurs de la communauté scientifique.
L’objectif était simple, en apprendre davantage sur les fonctions des gênes et de leurs rôles dans l’évolution des maladies afin de trouver un moyen d’y remédier et de les traiter.
Ce processus, de thérapie génique, a été mis en place afin d’aider l’organisme à lutter contre la maladie. Il intègre dans les cellules déficientes d’un individu malade, des gènes sains, qui vont remplacer ou complémenter un allèle mutant défectueux par un allèle fonctionnel afin de traiter la pathologie. L’idée est de modifier le patrimoine génétique des cellules humaines pour corriger des maladies.
La thérapie génique est utilisée dans plusieurs cas : cancers (à 65%), maladies mono-géniques (10%), maladies cardiovasculaires (à 8%), maladies infectieuses (à 6%), maladies neurologiques (à 1,5%), maladies ophtalmiques (à 1%) et autres.

Pour conclure, chaque besoin et chaque entreprise sont différents. Pourtant, on remarque un parallèle dans la façon de les traiter.
On intègre un nouvel élément vertueux dans la structure pour l’aider à guérir et à se renouveler.

 

Céline Torrents