Démotiver votre équipe ? Saboter votre autorité ? Transformer votre service en pétaudière ? Rien de plus facile ! Il suffit de ne pas écouter vos collaborateurs, de leur fixer des objectifs irréalistes ou de leur parler de votre dernier job en permanence en soulignant à quel point vos anciens collègues étaient plus performants qu’eux. Autant d’habitudes à perdre sans tarder. Ces exemples vont vous y aider.

Changer de cap sans donner aucune explication

Responsable du marketing d’une PME familiale de viennoiseries, Sofiane a bossé d’arrache-pied au lancement d’une gamme pâtissière… qui a été abandonnée du jour au lendemain sans la moindre explication. “Aujourd’hui, avant de m’investir dans un projet, je commence par poser des questions autour de moi pour être sûr qu’il ne s’agit pas d’une lubie du boss”, ironise Sofiane. Vivre ce type de revirement sans être tenu au courant de sa cause est très difficile pour un employé. “Il aurait fallu expliquer cette décision, sans forcément dévoiler ce qui relevait d’une stratégie confidentielle”, estime Grégory Drivet, coach spécialisé dans le développement personnel chez Uniqpeople. Expliquer à ses coéquipiers ce que l’on fait ou ce que l’on refuse, c’est le b.a.-ba du management !

Consulter son équipe, mais ne pas tenir compte de son avis

Dans une entreprise industrielle, le manager prenait le temps de demander l’opinion de ses proches collaborateurs sur ses projets… mais il avait déjà son idée et ne comptait pas en changer ! “C’était sa manière de garder le contrôle en mettant tout le monde en compétition, commente Paule Boffa-Comby, présidente de ReThink&Lead, qui a publié Le Leader collectif. Un nouvel art du pouvoir chez Dunod. Résultat : chacun critiquait son voisin et cherchait à se couvrir.” Pour travailler en bonne intelligence, votre équipe a besoin d’un cadre clair et d’une confiance partagée. Personne n’est dupe si vous vous contentez de faire semblant. Idem pour les outils collaboratifs, si prisés dans les start-up : “Ils ne servent à rien si les avis qui s’échangent vont directement aux oubliettes”, ajoute la coach.

Évoquer sans cesse sa boite précédente

C’est l’un des plus sûrs moyens de rater votre entrée : débarquer dans une entreprise et proclamer que rien ne mérite d’être sauvé ou qu’on travaillait bien mieux dans votre ancienne boîte… Rien de tel pour tuer l’enthousiasme d’une équipe et dégringoler dans l’estime de vos nouveaux collègues. “Le manager doit au contraire s’immerger dans le milieu qu’il intègre, aller à la rencontre de chacun, se montrer modeste dans son approche… Et construire une relation de qualité au présent, au lieu de rester figé sur son passé”, soutient Hervé Borensztejn, responsable Europe du département leadership de Heidrick & Struggles.

Faire fi de la culture maison

Quand la nouvelle direction d’une entreprise d’aéronautique est arrivée avec, dans ses soutes, le slogan “Osez la créativité !”, les managers n’en croyaient pas leurs oreilles. Ils devaient désormais multiplier les initiatives, prendre des risques, repousser les limites, comme dans une agence de pub ! Or la culture professionnelle de cette industrie de pointe est tout entière tournée vers la sécurité et le contrôle des process. “Les ingénieurs soumis à cette injonction inattendue étaient complètement perdus, raconte Vincent Dicecca, consultant en management chez CSP Formation. Nous sommes intervenus pour distinguer nettement les projets où la créativité débridée avait un sens de ceux pour lesquels la vigilance restait prioritaire.”

Fuir ses collaborateurs

Lire la suite de l’article sur Capital.fr :  https://goo.gl/c2Qssq

wayden133