90% des dirigeants de PME, ETI et TPE déclarent mener des actions RSE, mais seuls 25 % d’entre eux auraient adopté une démarche structurée autour d’un plan d’action*. 

Il est pourtant indispensable de suivre un processus rigoureux pour mettre en place une démarche RSE efficace au sein de son entreprise, et pour assurer la pérennité des actions.  

 

*Étude « Les PME-ETI et la RSE » menée par Bpifrance Le Lab en 2018 auprès de 1 150 dirigeants français de TPE, PME et ETI.

 

 

Qu’est-ce que la RSE ?

La RSE, ou responsabilité sociétale des entreprises (parfois appelée « responsabilité sociale des entreprises »), correspond à l’ensemble des pratiques menées au sein d’une organisation, pour répondre aux enjeux du développement durable, sur le plan social, environnemental et économique.

Depuis l’adoption de la loi PACTE le 22 mai 2019, toutes les entreprises doivent mettre en place une politique RSE « en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de leur activité » (article 1833 du Code civil).

Pour en savoir plus sur ce qu’est la responsabilité sociétale des entreprises et connaître dans le détail la réglementation RSE, consultez notre article « Qu’est-ce que la RSE ?  Définition, grands principes et réglementation ».

 

 

Pourquoi mettre en place une démarche RSE dans son entreprise ?

Pour l’entreprise, mettre en place une démarche de responsabilité sociale et environnementale présente de nombreux avantages. Cela permet notamment de :

  • Réduire ses coûts grâce aux économies en eau et en énergie ;
  • Renforcer l’engagement des collaborateurs et améliorer le bien-être au travail ;
  • Valoriser sa marque employeur et attirer les talents ;
  • Valoriser son image de marque auprès de ses clients et partenaires commerciaux ;
  • Renforcer son avantage concurrentiel.

 

Comment mettre en place une démarche RSE dans son entreprise ?

Voici les grandes étapes à suivre pour mettre en place une démarche RSE efficace et pertinente dans son entreprise : 

 

1) Nommer un responsable RSE

Pour optimiser la mise en place et la gestion de votre démarche RSE, il est conseillé de désigner un responsable dédié. Il peut s’agir d’un collaborateur en interne qui dispose des compétences managériales et des qualités relationnelles nécessaires. Il sera notamment chargé de motiver les équipes, de superviser la mise en place des actions et de suggérer des mesures et stratégies adaptées. 

De nombreuses grandes entreprises disposent même d’un département dédié à la RSE. 

Une autre solution très bénéfique est de faire appel à un expert pour externaliser le déploiement de sa démarche RSE. 

Chez WAYDEN, nous pouvons mobiliser un manager RSE de transition, pour vous accompagner dans la mise en place de votre stratégie de responsabilité sociétale, et pour vous aider à assurer la pérennité de votre engagement.

 

2) Réaliser un état des lieux 

Toute démarche RSE doit être initiée par un audit détaillé : des actions RSE ont-elles déjà été initiées ? Si oui, fonctionnent-elles, ou doivent-elles être optimisées ? Que faut-il améliorer en priorité ? Quelles actions sont mises en place par les autres acteurs du marché ? Quels sont les freins potentiels ? Quelles sont les mesures les plus pertinentes par rapport à la culture de l’entreprise, à son positionnement et à son secteur d’activité ?

Cette étape permettra aussi de définir les enjeux stratégiques d’une démarche RSE et d’évaluer les ressources financières, humaines et matérielles à disposition.

La phase de recherche est également essentielle pour définir les actions les plus pertinentes à mettre en place. Le gouvernement a d’ailleurs créé une plateforme RSE sur laquelle les dirigeants et managers peuvent échanger des idées, des ressources, et se concerter. 

Enfin, il est également important de bien s’informer sur la norme ISO 26000, référence internationale en matière RSE, ainsi que sur les grands principes RSE et les 7 questions centrales qui entourent la responsabilité sociétale des entreprises.

 

3) Définir un plan d’action RSE

Établir un plan d’action RSE est une étape essentielle au bon déroulement de sa stratégie RSE. 

Ce plan d’action doit définir les objectifs sur le plan social et environnemental, les indicateurs de succès qualitatifs et quantitatifs, et les actions concrètes à déployer. Ces différentes pratiques doivent être hiérarchisées, de façon à donner priorité aux actions les plus impactantes, mais aussi à celles qui généreront le ROI le plus important. 

Il faudra aussi identifier les différentes parties prenantes (clients, salariés, fournisseurs, prestataires, actionnaires, investisseurs…) à impliquer dans votre démarche de responsabilité sociétale. 

Le plan d’action servira de feuille de route tout au long du déploiement des pratiques RSE, et devra faire l’objet d’un reporting extra-financier et d’un suivi régulier, de façon à pérenniser sa politique RSE.

 

4) Engager les collaborateurs dans sa démarche RSE

L’engagement et l’implication des salariés est un facteur central dans la réussite et la pérennité d’une démarche RSE. Or, en 2020, seuls 8 % des salariés étaient invités à intégrer la RSE à leur pratique métier, alors que 70 % se disaient prêts à s’investir davantage *.

C’est pourquoi il est fondamental d’impliquer les équipes dans chaque action menée, de les sensibiliser à l’impact de ces mesures et de leur faire comprendre l’importance de leur contribution. 

 

5) Former ses équipes à la RSE

L’engagement des collaborateurs passe avant tout par une bonne compréhension des enjeux RSE, d’où l’importance de former ses équipes à la responsabilité sociétale, que ce soit via des formations organisées en interne, ou auprès d’un consultant extérieur. Les managers doivent aussi être formés au management responsable.  

 

6) Communiquer sur ses actions RSE

Selon une étude menée en 2020 *, 71 % des salariés se disent « pas ou mal informés » sur la politique RSE de leur entreprise.

La communication est pourtant un levier essentiel dans tous les projets de responsabilité sociétale. L’entreprise doit annoncer son intention d’entreprendre une démarche RSE, et communiquer régulièrement, en interne et en externe, sur ses pratiques responsables et sur ses valeurs.

Il est par exemple possible de réaliser un rapport RSE, de façon périodique, pour rendre ses actions publiques.  

 

 

Quelles actions mener dans le cadre d’une démarche RSE ?

De nombreuses actions peuvent être mises en place lors d’une démarche RSE au sein d’une entreprise, à la fois sur le plan social, environnemental et économique

Les actions RSE sur le plan environnemental

Pour contribuer à la protection de l’environnement et réduire leur impact environnemental, les sociétés peuvent : 

  • améliorer les performances énergétiques de leurs locaux,
  • mettre en place un plan de déplacement, avec des transports moins polluants, comme le covoiturage,
  • se tourner vers un fournisseur d’énergies renouvelables,
  • réduire la production des déchets,
  • mettre en place ou améliorer le recyclage des déchets,
  • réduire la consommation en eau et en énergie, 
  • créer des aménagements écologiques (potager, ruches…), 
  • évaluer et réduire l’impact environnemental de la supply chain.

Les actions RSE sur le plan social 

Sur le plan éthique et social, les entreprises peuvent mettre en place des actions telles que : 

  • respecter les règles basiques d’hygiène, de santé et de sécurité au travail, 
  • faire respecter les règles du droit au travail (salaires et horaires décents, congés…) et les droits de l’homme dans toute la chaîne de production et de distribution,
  • améliorer les espaces de travail (plantes vertes, meilleure qualité de l’air…),
  • proposer le télétravail aux salariés,
  • assurer une égalité salariale hommes-femmes,
  • organiser des événements de team building,
  • proposer des activités sportives aux salariés.

Les actions RSE sur le plan économique

Au niveau économique, les entreprises peuvent :

  • soutenir l’économie locale en faisant appel à des partenaires locaux (fournisseurs, transporteurs…)  
  • acheter local et faire appel aux circuits courts,
  • acheter responsable en se tournant vers des produits et des fournisseurs respectueux de l’environnement.

 

*Source : Observatoire 2020 « Salariés et entreprises responsables », mené par Des Enjeux et des Hommes et ekodev, auprès de 1 016 salariés du secteur privé issus d’entreprises de plus de 250 salariés.