L’Intelligence Artificiel (IA) est un sujet redondant, en particulier ces derniers mois. Source de fascination et de crainte, le développement de nouvelles technologies a permis ces dernières années de créer de nouveaux modèles toujours plus performants et impressionnants.

A force d’en entendre parler, nous serions tentés de nous dire connaisseurs ou tout du moins informés en la matière. Mais l’expression « Intelligence Artificiel » regroupe des technologies très différentes, pour des applications tout aussi variées.

Pour vous aidez à mieux comprendre les différences entre IA, voici un récapitulatif des cinq niveaux d’intelligence artificielle.

Les niveaux 1 et 2 sont les plus courants. Vous les croisez au quotidien, ils existent depuis la création des ordinateurs. Il s’agit du calcul de données. Un simple traitement qui permet de réaliser des opérations mathématiques plus ou moins complexes. Une calculatrice est donc bien une IA. Extrêmement basique, mais capable de répondre à des questions mathématiques de manière indépendante.

Le niveau 3 est quant à lui, un niveau d’opération au dessus des niveaux 1 et 2. En plus d’effectuer les calculs, l’IA au niveau 3 anticipe le résultat. En se basant sur les résultats des opérations qu’elle effectue, elle peut prédire la suite des résultats.
Ses prédictions ne sont pas à prendre au pied de la lettre puisqu’elles découlent de l’analyse d’une suite logique, mais elles permettent tout de même de dégager une tendance future.

Le niveau 4 est celui auquel la plupart des articles actuels font référence. Il fait appel au « Machine Learning ». L’IA est capable d’intégrer les informations par elle-même, d’apprendre et de progresser.
Actuellement, la progression est surtout empirique. L’IA teste plusieurs hypothèses, analyse les résultats, sélectionne les plus performants et recommence. Après un grand nombre de cycles (allant de quelques dizaines à plusieurs millions), l’IA détient une hypothèse qui s’est adaptée aux obstacles et répond à la problématique posée.

Le niveau 5 est théoriquement fonctionnel mais en pratique encore inatteignable. Il s’agit du moment ou l’IA pensera par elle même. Pour l’instant nous sommes encore dans la science fiction mais les progrès technologiques nous font penser que d’ici une dizaine d’années, le cap sera franchi.

Pour lire l’article complet:
https://business.lesechos.fr/directions-financieres/comptabilite-et-gestion/gestion-des-risques/0301626800565-il-y-a-cinq-niveaux-d-intelligence-artificielle-320792.php