La crise sanitaire a grandement accéléré la digitalisation des entreprises et a provoqué un véritable boom du e-commerce, en hausse de 15 % en 2021 selon la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance). Cette tendance a fait émerger de nouvelles solutions innovantes pour répondre aux nouvelles habitudes et exigences des consommateurs. De plus en plus d’acteurs du retail font notamment le choix d’adopter des dark stores, une solution de logistique en voie de s’imposer dans le futur du retail.

 

Dark store : définition et fonctionnement

Les dark stores (ou quick stores) sont des micro-entrepôts logistiques de distribution pour le e-commerce de proximité. Ils visent à proposer des délais de livraison extrêmement courts.

Ces centres logistiques se présentent sous la forme d’un petit magasin « fantôme », sans clients, avec des rayons où sont rangés les produits. Contrairement à une boutique traditionnelle, ces entrepôts ne sont pas accessibles aux clients, et sont réservés aux préparateurs de commandes. Ces derniers sélectionnent les articles en rayon, que des livreurs viennent ensuite récupérer. 

Les dark stores sont généralement situés au pied d’immeubles ou en sous-sol, avec une surface de 100 à 300 m2, et regroupent entre 1000 et 2000 références de produits. Ils opèrent le plus souvent sur une zone de chalandise de moins de 2 kilomètres. La livraison est garantie en 15 minutes et réalisée par des livreurs à vélo, avec des frais de livraison autour de 2 euros.  

 

Quel est l’objectif d’un dark store ? 

Cette solution logistique innovante répond à la tendance du quick commerce, qui a émergé pendant les périodes de confinement successives et qui promet une livraison très rapide, afin de répondre aux nouveaux besoins des consommateurs.

Pour respecter ces délais, les dark stores sont situés à proximité des lieux de livraison du consommateur final ; ils ne s’adressent pas aux commandes longues distances. 

L’objectif premier du dark store est donc de renforcer la satisfaction client, et ainsi la fidélisation de ces derniers. 

Les dark stores sont déjà présents dans plusieurs grandes villes telles que Paris, Bordeaux et Lyon, et ont déjà été adoptés par certaines grandes enseignes telles qu’Amazon, Monoprix ou Carrefour.

Tout comme la digitalisation des points de vente, le click & collect et la stratégie omnicanale, les dark stores s’imposent ainsi comme une solution d’avenir pour les acteurs du retail.

 

Quels sont les enjeux des dark stores ?

Au-delà de l’expérience client, les dark stores répondent à d’autres enjeux plus larges. Ils permettent également d’optimiser la supply chain, de réduire les process et présentent une alternative intéressante face aux limites du modèle traditionnel de la supply chain. Grâce à cet entrepôt de proximité, la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise est plus agile, réactive et mieux automatisée. 

En outre, en réduisant le temps de trajet pour la livraison, les dark stores proposent un moyen moins polluant qu’un système de livraison classique, et répond ainsi aux enjeux RSE des entreprises.