Le management de proximité est un management de premier niveau, destiné à encadrer le travail des équipes au quotidien. Mais quels sont les réels bénéfices de ce style de leadership ? Et surtout, quelles en sont les limites ?

 

Tour d’horizon des avantages et inconvénients du management de proximité. 

 

Quel est le rôle du manager de proximité ?

Le manager de proximité est présent sur le terrain, au plus près des équipes opérationnelles. Ses missions sont multiples : 

  • Fixer des objectifs SMART et donner des directives claires ;
  • Piloter les missions et assurer le bon déroulement du projet dans les délais impartis et avec les ressources déployées ; 
  • Répartir et déléguer les tâches entre les collaborateurs ;
  • Réaliser le monitoring des performances opérationnelles ; 
  • Motiver, conseiller et orienter les collaborateurs à l’échelle individuelle et collective ; 
  • Assurer l’efficacité opérationnelle et l’atteinte des objectifs ;
  • Développer les compétences des employés. 

Ce middle manager joue aussi un rôle de médiateur entre la direction et les salariés. Il est notamment chargé de transmettre les orientations stratégiques de l’entreprise et d’en assurer la bonne application au quotidien. 

 

Quels sont les avantages du management de proximité ?

Le management de proximité présente des avantages indéniables, à bien des égards, que ce soit pour l’entreprise ou pour les collaborateurs. 

Tout d’abord, cette forme de management d’équipe est très bénéfique pour booster les performances de l’entreprise. Le manager, qui accompagne directement les collaborateurs au jour le jour, est en mesure d’assurer la productivité, la motivation et l’efficacité de chacun de façon optimale. 

Il transmet des directives cadrées pour structurer le travail collectif, débloque les éventuels problèmes et délivre des feedbacks constructifs pour améliorer les performances et développer les compétences.

Cette forme managériale met également à l’honneur la bienveillance, l’écoute, le respect et la valorisation de chacun, ce qui a un impact direct sur la qualité de vie au travail. 

Le rôle du manager de proximité est également d’instaurer une bonne cohésion d’équipe et un climat social positif, ce qui contribue a fortiori au bien-être des collaborateurs. 

Enfin, ce mode managérial implique une communication étroite et transversale, ce qui permet d’accélérer les process, de favoriser l’intelligence collective et d’optimiser les performances. 

En outre, grâce au lien de confiance et de proximité établi, le responsable hiérarchique pourra facilement fédérer et mobiliser les équipes autour d’un objectif commun. Il sera aussi en mesure de déceler d’éventuels failles et dysfonctionnements, de prévenir les risques en amont et de conduire le changement de façon efficace. 

En bref, le management de proximité est un levier puissant pour favoriser l’épanouissement des équipes, la productivité et l’adhésion des collaborateurs à la culture et aux valeurs de l’entreprise.

 

Quelles sont les limites du management de proximité ?

Bien que l’encadrement de proximité présente de multiples bénéfices, ce style de management comporte également quelques limites.

En effet, il arrive qu’une telle proximité limite l’autonomie et la liberté des salariés. 

Si le manager ne prend pas le temps de responsabiliser les équipes, il y a de fortes chances pour que les salariés le sollicitent de façon immédiate, avant d’aller puiser dans leur propre vivier de connaissances et de compétences. 

Ce style de leadership pourra alors avoir un impact néfaste sur la prise d’initiatives, mais aussi sur le sens de l’innovation et la créativité des équipes, ce qui pourrait mettre à mal la compétitivité de l’entreprise. 

En outre, si le manager de proximité cherche à surveiller et à contrôler de trop près le travail des salariés, cela pourrait aboutir au désengagement, voire à une perte de sens chez les équipes. 

Finalement, un management de proximité réussi est avant tout situationnel : le responsable d’équipes doit adapter son mode de gestion aux personnalités de chacun, au contexte et aux valeurs de l’entreprise. 

En outre, pour être exercé avec efficacité, ce management de premier niveau nécessite des qualités indispensables de la part du chef d’équipe : un sens de la pédagogie ; une adaptabilité ; une bonne résistance du stress ; une autorité naturelle ; un dynamisme ; du charisme et autres qualités de leader.