Par Rémi Dessertine, Directeur Associé

Le management dans les entreprises est sans nul doute en train d’évoluer.
Il suffit de se rendre compte des nombreux problèmes rencontrés par les entreprises : problèmes de communication, d’adaptabilité face à l’urgence. Remédier à ces problèmes, OUI, mais comment?
Et si la solution était le management de transition ? Une solution régulièrement plébiscitée par le comité de direction. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon lenouveléconomiste.fr, « les missions d’accompagnement à des projets de structuration voire de management relai ont fortement progressé en 2017 avec 68 % des missions (+ 6 points par rapport à 2016) “positionnant le management de transition comme un outil de plus en plus utilisé dans ce type de contexte”. Les missions de gestion de crise et de retournement continuent leur érosion régulière avec 5 points de perdus, représentant moins de 20% du total. »

 

Etat des lieux du management aujourd’hui

La perception des salariés face au management

Selon une étude menée récemment par l’Ifop et la LISPE (Laboratoire de recherche IGS-RH, Groupe IGS) mettant en évidence les grandes évolutions qui ont marqué l’entreprise sur la dernière décennie, l’évolution du mode de management dans l’entreprise n’est pas toujours perçue positivement par les salariés.
Les constats observés par ces derniers sont principalement de 3 ordres:
– une certaine rigidité,
– une prédominance de la verticalité,
– une (trop ?) forte dose d’opacité et un manque de vision
 

Problème de communication, manque d’adaptation au changement…

La communication est un problème récurrent dans chaque organisation. Il y a de plus en plus de remises en cause des responsabilités, des incompréhensions sur les mandats ou sur les attentes de la hiérarchie.
Un autre problème qui frappe bon nombre d’entreprises est l’éloignement de l’attente du client. Et ainsi une perception erronée de son cahier des charges. Dans ce type contexte, le management de transition peut s’avérer une solution judicieuse. Le regard extérieur du manager de transition, sa capacité à créer un gabarit de projet et d’en faciliter sa mise en place s’avère bien souvent précieux.
Le facteur « adaptabilité » est aussi un autre élément auquel doivent faire face de nombreuses organisations. S’adapter signifie pour elles réagir rapidement face aux événements extérieurs. Ce n’est pourtant pas toujours suffisant ; le management de transition peut aussi en être un atout. Pour faire face à aux enjeux liés au démarrage d’un nouveau projet. Projet dont dépend parfois la survie de l’entreprise, le manager de transition façonne son organisation et aide ainsi ses équipes à s’adapter au mieux. A l’aide de la mise en place de méthodes dites agiles : un projet divisé en cycles, aussi courts soit-ils.  Pour répondre rapidement aux attentes du client, interne ou externe.  Et ainsi faire en sorte de fournir un produit ou service au plus proche du cahier des charges.
Enfin, la gestion du temps est un élément primordial à prendre en compte dans une entreprise. Il est essentiel pour un dirigeant, d’avoir une vue claire sur la capacité de chacune de ses ressources. Quand faire appel à une ressource extérieure, quand recruter ? Pour quel type de profil et/ou quelles compétences ? La réponse à ces questions fait partie intégrante de toute feuille de route d’une mission de transition. Avec la caractérisation et l’optimisation entre temps planifié et temps réel permettant une anticipation de la performance de chacun.

Le management de transition : une solution de change management

  1. Au-delà d’être efficace, c’est rentable.
    Dans la lignée de nombreux constats de dirigeants, l’entreprise voit d’un bon œil l’intervention d’un manager de transition, qui, plutôt qu’un cout, est pour elle un véritable investissement. Souvent recherchés pour ses compétences, le manager de transition est particulièrement apprécié pour son habilité à faire face à des situations exceptionnelles, tout en déployant une totale capacité d’adaptation à l’entreprise et ses équipes. Son intervention le rend ainsi totalement légitime à diriger une équipe (qui oublie bien souvent d’ailleurs qu’il est externe, n’ayant pas vocation à s’inscrire dans la durée).
  2. Plusieurs compétences pour un seul manager 
    Même si le manager de transition est avant tout un expert spécialisé dans son domaine, apportant un nouveau regard qualifié sur la problématique rencontrée par le client. Il est fréquent de lui voir confier bon nombre d’autres rôles et attributions, formels ou informels.Ainsi, sur une période généralement de 6 à 12 mois, il a vocation à prendre la casquette de véritable facilitateur de réussite de projets complexes.
  3. Un urgentiste sachant faire face à toutes situations

 

Le management de transition est aussi un recours indispensable pour franchir un cap pour toute entreprise, que ce soit en période de croissance ou de crise.

 

À titre d’exemple, la capacité du manager de transition à : anticiper, organiser, prodiguer de bons conseils, pour l’amélioration de la performance d’une BU ou d’une filiale, la refonte d’un schéma directeur Supply Chain ou IT, la mise en place d’un nouvel ERP, la fermeture d’un site ou encore la gestion d’une vacance managériale, devient aujourd’hui un artifice incontournable.