Après ces 5 ans de Manager de Transition, je peux dire  » j’aime mon job !!!  » et, de nouveau grâce à WAYDEN Transition, dès lundi, une nouvelle aventure commence !
Dans quelques jours, je fêterai le 5e anniversaire de ma vie de Manager de transition, et j’ai souhaité partager ici, un bilan d’étape de mon parcours.

 

J’aime mon job !

En 5 ans, j’ai réalisé 6 missions, la plus courte ayant duré 3 mois, et la plus longue, 15 mois, dans de belles entreprises, opérant dans des secteurs d’activité aussi différents que l’environnement, le luxe, les télécoms, l’automobile, le transport et enfin, le commerce spécialisé.
A chaque fois, la culture de l’entreprise, le contexte des missions étaient différents et m’apportaient de nouvelles expériences, approfondissaient mes compétences, et me permettaient de réaliser de belles rencontres professionnelles.

 

Pourquoi ai-je choisi cette voie spécifique, dans le monde du travail français ?

La raison principale était je crois, cette envie de changements rapides dans mon parcours professionnel, cette perspective d’intégrer à chaque fois une entreprise, avec un projet à mener, dans une durée limitée, en ayant l’opportunité de mettre en œuvre les acquis de mon expérience passée, et en m’adaptant à chaque fois au contexte, aux équipes et aux moyens mis à disposition.
Une autre raison, c’est que je suis convaincu que ce mode d’intervention en entreprise a vocation à se développer fortement à l’avenir : les entreprises auront besoin de plus en plus de ressources expérimentées, disponibles rapidement, en capacité de s’adapter aux situations complexes, mobiles géographiquement et intellectuellement.

 

Comment suis-je devenu Manager de transition ?

J’ai tout d’abord essayé de comprendre l’écosystème du Management de transition en France : les cabinets spécialisés, les associations, le SNMT, la FNMT, l’A2MT, les groupes sur Linkedin, pas si facile que cela pour s’y retrouver…
J’ai obtenu plusieurs entretiens dans les cabinets spécialisés, pour tester mon CV, et me faire connaitre pour une future mission, et j’ai compris que pour entrer dans l’écosystème, je devais développer mon réseau.

 

Quel réseau ?

Un ancien collègue m’a parlé du Réseau Oudinot, association qui regroupe près de 500 adhérents dans un cadre bienveillant et convivial, qui organise de nombreux évènements professionnels dont le fameux « Speed networking », un « parcours du combattant » qui vous apprend à construire votre « pitch » professionnel. Grace à la cooptation de mon ancien collègue, j’ai pu intégrer ce magnifique réseau, et en particulier la commission Management de transition, où les adhérents du réseau partagent les « bons tuyaux » du métier.

 

Une formation ?

En cherchant des informations, j’ai découvert qu’il existait également des programmes de formation. J’ai donc suivi la 3e promotion du certificat au Management de transition, organisé dorénavant par l’IFMT, avec le soutien du SNMT et de la FNMT.
J’ai beaucoup apprécié ce programme de formation, les intervenants, et les collègues que je retrouve régulièrement au sein de l’association des anciens, l’AECMT.

 

Quel statut ?

Dans l’écosystème du Management de transition, je dois également évoquer le portage salarial.
J’ai fait le choix de ne pas créer de structure juridique, mes missions étant donc réalisées, au choix de l’entreprise cliente, soit sous le statut interne de CDD, soit en prestation de service, en portage salarial. Cette activité, dorénavant bien encadrée par la législation, se développe fortement et permet aux « freelances » d’intervenir chez leurs clients, tout en conservant la couverture sociale du salarié, et sans se soucier de gérer la comptabilité d’une entreprise personnelle.
J’ai rencontré l’équipe de la société de portage Le Monde Après, et je profite de cet article pour les saluer, ils fonctionnent en mode startup, mettent à disposition de leurs « portés » des espaces de coworking, des ateliers de formation, des événements conviviaux, et tout cela, avec bonne humeur et pour un coût de gestion très compétitif !

 

Les périodes d’intermission ?

Ce qui est assez particulier dans le Management de transition, au-delà du fait qu’il faut s’adapter à chaque nouvelle mission, c’est bien entendu, qu’il faut savoir « préparer le coup d’après », c’est-à-dire anticiper la fin de la mission en cours et préparer la suivante.
C’est le plus difficile, de mon point de vue, car en mission, vous êtes « la tête dans le guidon », et il n’est pas aisé de consacrer du temps au réseau, entretenir les relations amicales et professionnelles, participer aux événements organisés par les cabinets et les associations.
Alors il y a les périodes d’inter mission, que l’on souhaite les plus courtes possibles, évidemment, mais ces périodes sont indispensables, pour se reposer, bien sûr, se consacrer à sa famille, ses hobbys, et aussi à réactiver le réseau professionnel et amical, suivre des conférences, se former, s’ouvrir à de nouveaux horizons.

 

La conclusion ?

Après ces 5 ans de Manager de Transition, je peux dire  » j’aime mon job !!! « , et de nouveau grâce à WAYDEN Transition, dès lundi, une nouvelle aventure commence !

Olivier LLIBERIA