Dans le monde de l’entreprise, la RSE est aujourd’hui un sujet central, qui répond à des enjeux d’envergure. Pour garantir la pérennité des engagements RSE, une gestion rigoureuse des actions menées en interne est indispensable.

Voici quelques conseils pour mettre en place un véritable management de la RSE, de façon cohérente, impactante et pérenne.

 

 

RSE : définition et mise en place

La RSE, ou responsabilité sociétale des entreprises, correspond aux actions déployées par une organisation, dans le but de répondre aux enjeux de développement durable. La RSE peut donc être liée à des problématiques sociales, environnementales ou économiques. 

Mettre en place une démarche RSE est donc une initiative éthique et sociale majeure, mais c’est également une décision très stratégique pour l’entreprise. La RSE présente en effet des avantages multiples pour l’organisation. Celle-ci favorise la réduction des coûts et la gestion des risques, valorise l’image de marque et la marque employeur, améliore le bien-être au travail, le sentiment d’appartenance, la productivité et l’engagement des équipes, et renforce l’avantage concurrentiel de l’organisation. 

Pour en savoir plus sur la définition de la RSE, consultez notre article Qu’est-ce que la RSE ? Définition, principes et réglementations

 

 

Comment gérer la RSE dans son entreprise ?

Très souvent, la mise en place d’une démarche RSE se limite à des engagements vagues, lointains, difficilement actionnables et mal intégrés dans le quotidien de l’entreprise. De nombreuses organisations peinent ainsi à obtenir des résultats tangibles en RSE.

Pour bien gérer la RSE en interne et mettre en place un véritable « management de la RSE », voici quelques conseils à appliquer :

 

Définir des objectifs SMART pour ses actions RSE

Selon une étude menée par Bpifrance Le Lab en 2018, seul un quart des dirigeants ayant initié une démarche RSE l’ont fait à partir d’un plan d’action structuré. 

Pour garantir la durabilité de ses actions RSE, il est pourtant indispensable de suivre un plan d’action rigoureux, organisé autour d’objectifs SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et définis dans le temps), d’étapes clés, d’indicateurs de réussite (KPI) et d’outils de contrôle. 

Pour ce faire, il est important de bien cibler les engagements choisis. Voici quelques exemples d’engagements sociaux, économiques et environnementaux à adopter dans le cadre d’une démarche RSE :

  • Faire appel à des partenaires locaux et favoriser les circuits courts pour soutenir l’économie locale et réduire l’impact carbone ; 
  • Améliorer la performance énergétique de ses sites de production et de ses locaux d’entreprise ;
  • Faire appel à un fournisseur d’énergies propres ;
  • Réduire la production des déchets et le gaspillage ; 
  • Mettre en place des règles strictes concernant recyclage ;
  • Réduire l’empreinte carbone de la supply chain en optimisant chaque étape de la chaîne de production ; 
  • Renforcer les règles relatives à l’hygiène, la santé et la sécurité au travail ;
  • Proposer la mise en place du télétravail partiel ou à temps plein ; 
  • Améliorer le bien-être au travail (organiser des événements d’entreprise, augmenter le confort dans les espaces de travail, adapter son style de management…) ; 

 

Le choix des engagements RSE dépendra de plusieurs critères, tels que le secteur d’activité de la société (digital, retail, industrie, banques…), mais aussi les valeurs de l’entreprise et les attentes des parties prenantes (clients, collaborateurs, collectivités locales, partenaires commerciaux…).

Il faudra ainsi définir un nombre d’engagements réaliste, lister des actions claires et limitées dans le temps et cibler les ressources humaines, matérielles et financières nécessaires pour atteindre les objectifs visés. 

 

Réaliser un suivi rigoureux  

Bien gérer les pratiques de responsabilité sociale implique d’inscrire la RSE dans une démarche d’amélioration continue. Pour cela, il faut impérativement réaliser un suivi rigoureux de façon régulière :

  • Quelles ont été les actions menées ?
  • Quel a été leur impact ? 
  • Quels ont été les bénéfices sur le plan économique, social et environnemental ?
  • Quels ont été les coûts générés pour mettre en place ces actions ?
  • L’engagement des équipes a-t-il été au rendez-vous ?
  • Quels sont les freins, les failles et les points d’amélioration ?
  • Quelles actions correctives peuvent être mises en place ?

Cet audit détaillé permettra d’avoir une vue d’ensemble sur la démarche RSE et d’ajuster sa stratégie de façon progressive et pertinente.

 

Désigner un chef de projet RSE

Si vous disposez de l’effectif nécessaire, il sera très bénéfique de nommer un responsable dédié à la gestion de la RSE. Vous pouvez par exemple désigner un manager, ou un collaborateur clé très engagé dans les problématiques de développement durable. 

Ce dernier sera chargé d’évaluer les besoins, de définir la stratégie RSE et les objectifs, de réaliser un reporting régulier, de fédérer les équipes et de superviser l’ensemble des actions mises en place au sein de l’entreprise.  

 

Mobiliser, sensibiliser et former les collaborateurs à la RSE

L’adhésion des managers et des collaborateurs est essentielle à la réussite d’un projet RSE. Il est donc fondamental d’impliquer les équipes, dès la phase de réflexion. 

Il faudra notamment assurer une communication étroite et transparente sur les actions menées et les résultats obtenus. 

Il appartient au manager, ou au chef de projet RSE, de mobiliser et de sensibiliser l’ensemble des collaborateurs à l’importance de la responsabilité sociétale.

Cela passe notamment par le développement de compétences RSE spécifiques à chaque métier : RH, marketing, supply chain… Il sera également très bénéfique de réaliser des sondages, des questionnaires et de mettre en place des groupes de réflexion pour solliciter l’intelligence collective.

 

Faire appel à un manager de transition en RSE

Gérer la RSE en interne est une tâche chronophage, complexe et de longue haleine, qui mobilise un savoir-faire très spécialisé.  

Pour gagner du temps et maximiser l’impact des mesures de responsabilité sociétale, l’entreprise peut faire appel à un consultant externe en RSE, tel qu’un manager RSE de transition. Chez WAYDEN, nous mettons à votre disposition des managers de transition spécialisés en responsabilité sociétale, dotés, en moyenne, d’une vingtaine d’années d’expérience professionnelle à des postes de haut rang. Ces experts chevronnés prennent en charge la gestion de la RSE en interne et mettent en place des actions durables pour assurer la réussite et la pérennité de votre démarche RSE.