Les 100 premiers jours d’un manager à la tête d’une nouvelle équipe sont cruciaux : il doit non seulement asseoir sa crédibilité auprès de collaborateurs parfois réticents au changement, mais aussi les impliquer dans son nouveau projet et mettre en place son plan d’action.

En prenant la tête d’une nouvelle équipe, le manager dispose de quelques semaines pour construire les bases d’un leadership durablement efficace. «Le manager doit faire preuve de curiosité et aller chercher l’information au préalable. Il doit s’interroger sur les spécificités du métier de ses futurs collaborateurs, sur leurs résultats passés et sur les difficultés qu’ils rencontrent.

Montrer qu’on est informé du contexte présent est important pour gagner leur confiance», souligne Rémi Juët, consultant en management.

 

1. Découvrir son nouvel environnement
Lorsqu’un manager arrive à un nouveau poste, il est deux points essentiels à ne pas négliger : savoir observer et savoir écouter. En effet, cette période est indispensable pour prendre du recul, appréhender la situation avec un regard nouveau, comprendre la culture et les interactions entre les uns et les autres afin d’éviter les impairs.

 

2. Rester soi-même
Il ne sert à rien de chercher à endosser un costume, une posture ou des valeurs qui ne vous ressemblent pas. C’est en restant fidèle à vous-même et aux principes de management qui vous animent que vous réussirez à susciter l’adhésion et la confiance de vos équipes. Votre curiosité et votre ouverture aux expériences des autres doivent vous permettre de construire des relations durables. Commencez par vous intéresser à votre «qui » avant votre «quoi» et votre «où». «Souvent, l’obstacle central ne réside ni dans la structure, ni dans les process internes, encore moins dans l’envie manifestée par les uns et les autres de bien faire à un moment donné, mais bien dans le profil des collaborateurs et des managers, dans cette alchimie de valeurs qui pourraient éventuellement les animer. Tout collaborateur ou manager que nous soyons, nous ne nous inoculons pas de nouvelles valeurs au gré des circonstances, nous les partageons ou non», témoigne Stéphane Flahaut, consultant, dans L’entreprise humaniste.

 

Lire la suite sur : https://goo.gl/ynYVst