En entreprise, l’agilité est un atout puissant qui apporte des bénéfices à bien des égards. Les performances sont boostées, les process et prises de décisions accélérés, la productivité et la réactivité renforcées…  

Voici 5 exemples de méthodes de management agiles à mettre en place dès aujourd’hui au sein de son entreprise.

 

La méthode agile Scrum 

Scrum est sans aucun doute la méthode agile la plus populaire. D’ailleurs, 58 % des organisations dans le monde l’auraient déjà adoptée, d’après le 14e rapport « State Of Agile » sur l’application de l’agilité en entreprise, paru en 2020. 

Le framework Scrum (qui signifie « mêlée » en anglais, en référence à la mêlée au rugby) fonctionne sur la base d’itérations de cycles courts (allant de quelques heures à 4 semaines), appelés des sprints. À la fin de chaque sprint, l’équipe et le Scrum Master (le chef de projet) analysent ce qui a été achevé, et réoriente, le cas échéant, l’approche à adopter au fil de l’avancée du projet. 

Avec la méthode Scrum, le client est régulièrement sollicité pour valider les prototypes et délivrer ses feedbacks : c’est le rôle du Product Owner de gérer les échanges avec le client. 

L’objectif principal de cette méthode agile très dynamique est d’améliorer la productivité, de respecter les deadlines et d’optimiser le produit au fur et à mesure, afin de s’assurer d’être en accord avec les attentes du client. 

En outre, la méthode agile Scrum est initialement destinée à la gestion de projets informatiques mais peut être appliquée à d’autres types de projets. 

 

Le Lean Software Development 

La méthode du Lean Software Development a été historiquement créée par la société Toyota. Très prisée par les entreprises aujourd’hui, cette approche agile consiste à booster les performances et la rentabilité de la société grâce à l’élimination des sources de gaspillage. Cela passe notamment par une meilleure gestion des stocks, une meilleure maîtrise des délais, une réduction des coûts ainsi que l’élimination de la surproduction, des opérations superflues et actions inutiles pour éviter les pertes de temps et de ressources.

En outre, le Lean management met à l’honneur la qualité du produit, grâce à l’optimisation de l’ensemble des processus, du développement des compétences des collaborateurs à la conception et réalisation des produits. 

Cette approche agile fait partie des outils essentiels dans une démarche d’amélioration continue.

 

L’Extreme Programming (XP)

L’Extreme Programming (XP) est une méthodologie de management agile conçue initialement pour la gestion de projets informatiques et plus spécifiquement pour le développement d’applications. 

Comme avec Scrum, le projet s’organise autour de cycles itératifs de développement très courts, de quelques semaines. En outre, des échanges sont menés de façon très régulière avec le client pour permettre de valider progressivement les prototypes et garantir le bon déroulement du projet. Avec l’XP, les collaborateurs sont aussi encouragés à travailler en binôme pour plus d’efficacité et de productivité.

Le planning des actions est donc réalisé à très court terme, ce qui permet d’effectuer une meilleure estimation des charges liées au développement du produit. En effet, l’un des objectifs fondamentaux du XP est de réduire les coûts liés au changement lors du développement d’un produit informatique.

 

Le Feature Driven Development (FDD)

Le Feature Driven Development (FDD), ou Développement Dirigé par les Fonctionnalités, est une autre méthode de gestion de projet agile. Moins connue, elle convient surtout aux projets complexes, de grande ampleur, pour lesquels la méthode Scrum ne serait pas adaptée. 

Avec la méthodologie FDD, le développement du projet informatique est organisé autour des fonctionnalités. Celles-ci sont divisées en cycles de développement itératifs très courts, de 1 à 2 semaines. Elles sont ensuite testées très rapidement par l’utilisateur. Puis, des corrections et des ajustements sont immédiatement apportés afin de répondre aux attentes du client. Cette méthode agile place en effet le client au cœur du projet. 

Pour gérer un projet de façon agile grâce au Feature Driven Development, il convient de suivre 5 grandes étapes

  1. Créer un modèle global pour délimiter le champ de réalisation du produit ; 
  2. Lister toutes les fonctionnalités à réaliser ;
  3. Planifier le déroulement du projet et l’ordre de création des fonctionnalités ;
  4. Lancer le premier cycle itératif pour construire la première fonctionnalité.
  5. Construire tous les éléments qui accompagnent la fonctionnalité, tels que l’interface utilisateur, et tester le prototype réalisé.

 

L’outil agile Kanban

Kanban est une méthodologie issue du secteur automobile japonais, qui s’intègre à une démarche d’amélioration continue. Elle consiste en une organisation visuelle de la gestion de projet

Cette méthode fonctionne avec un système de cartes, ou étiquettes (Kanban signifie « étiquettes » en japonais ) et de tableaux.

Un tableau Kanban s’organise généralement autour de 3 parties : À faire – En cours – Fini. Au sein de chacune de ces catégories seront listées les tâches à accomplir, sous forme de cartes qui changeront de place au fil de l’avancement du projet. 

L’avantage du tableau Kanban est d’offrir une vue d’ensemble sur la progression du projet. Il facilite l’organisation des tâches et permet à chacun de savoir à tout moment ce qui doit être fait en priorité. 

Le Kanban peut aujourd’hui être réalisé très facilement grâce à des applications, telles que Trello ou Jira. Il peut s’accompagner de daily meetings, des courtes réunions de moins de 15 minutes, durant lesquelles chacun récapitule les tâches réalisées, les tâches à venir et les potentiels obstacles.

Cet outil agile est aussi très utile pour réduire les délais, les coûts et les risques liés au projet. Son autre avantage est de pouvoir s’appliquer à tous types de projets et de secteurs, quels qu’ils soient.